GRUNDIG PASSION
Grundig historique allemand
Grundig historique allemand suite
Grundig 83 84 85 fr
Grundig 86 87 88 89 fr
Grundig 1990 fr
Grundig 91 92 fr
Grundig 93 94 fr
Grundig 95 96 fr
Grundig 1997 fr
Grundig 1998 fr
Grundig 1999 fr
Grundig 2000 fr
Grundig 2001 fr
Grundig 2003 fr
Grundig 2004 fr
GRUNDIG REVUE 2002
Formation
Formation
Formation
Formation
tv.video.schemas
GRUNDIG PASSION
Grundig 2001 fr
Grundig 2003 fr
Grundig 2001 fr
Grundig 2003 fr
Livre d'or

Revue GRUNDIG FRANCE TV-VIDEO 2002 et son histoire.
Déverrouillage parental et accès aux menus service ici
Cliquez sur une image pour l'agrandir.

  

GRUNDIG Passion - 1930.80 Al - 81.2011 Al - 1983.1985 - 1986.1989 - 1990 - 1991.92 - 1993.94 - 1995.96 - 1997 - 1998 - 1999 - 2000 - 2001 - 2003 - 2004

Cliquez ici pour visualiser la revue 2002 TV VIDEO
Formations
Formations

Retrouvez la revue française TV-VIDEO GRUNDIG de 2002, en cliquant sur sa couverture et consultez l'historique ci-dessous. Chaque exemple en gras, a sa photo en médaillon qu'il suffit de survoler pour identification et cliquer pour agrandir. Mon avis de technicien est affiché via une à cinq étoiles sur chaque photo.


2002.

Châssis à plat (50Hz) CUC 2103 et 2105 mono 90°.
Châssis à plat (50Hz) CUC 2121 F.
Châssis à plat (50Hz) CUC 2136M Dolby 55cm 110°. Dernier châssis à être construit par Grundig Allemagne ou Autriche.
Châssis à plat (50Hz) CUC 2035, 2036, 2059 et 2080F Dolby Virtual Surround.
Nouveau et excellent châssis à plat 100Hz sixième génération (et dernière "Made in Germany") se déclinant en 2 catégories:
DIGI 100 REFERENCE
pour une meilleure stabilité des lignes horizontales. Ce procédé "d'interpolation de lignes" créait une ligne intermédiaire, grâce à la mémoire numérique du téléviseur via son module "Feature Box". Plus d'effet de scintillement.
Dossier 100Hz à consulter ici.
DIGI 100 REFERENCE PLUS pour une meilleure fluidité des images rapides (comme le cinéma en 24 images/sec). Ce procédé "d'interpolation d'image" créait une image intermédiaire, toujours grâce à la mémoire numérique du téléviseur via son module "Feature Box". Plus d'effets de scintillement et de saccades sur les films avec actions rapides.


Cet excellent et dernier châssis 100 Hz de Grundig Allemagne à la personnalité affirmée, machine de guerre par excellence, était évolutif. Le haut de gamme Référence + proposait toujours un lecteur DVD intégré, désormais compatible AC3. Vous pouvez consulter ici mon dossier sur le Dolby Surround. Le télétexte 2.5 passait de 512 à 2000 pages. Il ouvrait la voie aux nouvelles technologies avec le guide électronique des programmes Easy dialogue et un module MHP permettant l'accès à Internet (navigateur HTML et Java) via un modem externe. Sans oublier le module d'enregistrement personnel (PDR) équipé d'un disque dur de 20 Go. Le modèle MFW 92-6110 MV/AC3 LENARO était le fier représentant de ces avancées, offrant de multiples possibilités. Sa télécommande, dotée d'un contrepoids interne, ajoutait une touche d'élégance à l'ensemble. Depuis de nombreuses années, Grundig a systématiquement lancé ses téléviseurs 50 Hz sur le programme 1 par l'interrupteur. Ce dernier châssis 100 Hz a perpétué cette tradition en offrant le choix entre le démarrage du téléviseur sur le programme 1 ou sur le dernier état de fonctionnement avant extinction (veille, chaîne visualisée ou AV). Il suffisait de sélectionner l'option désirée, "programme 1" ou "automatique", dans le menu dédié. C'était en quelque sorte un hommage aux jours glorieux de la marque, apprécié surtout par quelques clients fidèles d’un certain âge. Il est pertinent de souligner que le châssis DIGI 100 fut un précurseur en matière de mises à jour logicielles via le port série (RS 232) d'un PC, nécessitant au minimum Windows 95. Cette avancée éliminait la nécessité de remplacer l'EPROM. Il suffisait d'utiliser le module Flash Programmer fourni par Grundig. Le début de l'ère informatique pour les techniciens TV Grundig et le commencement de ma carrière en tant que professionnel spécialisé dans le dépannage des ordinateurs.


Dès le lancement du DIGI 100, le service marketing de Grundig France planifiait la diffusion pour les revendeurs, d'une publicité visible ici ou sur votre gauche. Cette approche mettait en lumière les modules optionnels adaptés pour la réception satellite numérique payante (DVB), l'analogique et le PIP simple et double tuner. Sans négliger la connectique informatique VGA. Malheureusement, ce châssis d'exception ne pourra jamais dévoiler pleinement son potentiel à long terme. Les circonstances en feront un projet avorté un an plus tard.


Vous pouvez vous référer à la première édition de la Grundig revue, parue à la fin de l'année 2001, dans la colonne de gauche, où est mis en avant le DIGI 100. Cette édition marquait la dernière grande campagne publicitaire de la marque, initialement présentée dans un magnifique livret cartonné pour la version 2001/2002. De plus, j'y ai inclus la Grundig revue de 2002, accompagnée d'un petit flyer original présentant brièvement ce nouveau châssis.


Les derniers modèles FINE ARTS 100 HZ du DIGI 100, tels que les MFW82-730/9 DVD et MFW82-725 9 DVD avec traitement AC3, représentaient un défi pour certains installateurs. Dans certains cas, les utilisateurs finaux avaient raison de se plaindre de ne pas pouvoir profiter du format automatique 16/9 lors de la lecture d'un DVD, les appareils restant désespérément en format 14/9. A ce niveau de prix pour une télévision, cette frustration était compréhensible. Consultez la note jointe du moment pour les instructions de configuration correctes. Nous étions alors à une période où les modèles haut de gamme devenaient de plus en plus complexes à paramétrer, tant pour les clients que pour les revendeurs. Quant à la prolifération "exponentielle" des composants CMS, en particulier de ces déplorables transistors BC 858B, cela ne pouvait que mettre en péril la fiabilité sur la durée et rendre plus ardu le processus d'un dépannage inévitablement coûteux. La fin d'une époque!


Un châssis 100 Hz qui modifiait surtout ses règles sur les dispositifs de sécurité. Ce n'était désormais plus le Feature Box qui dictait sa loi, mais plutôt une bascule "Flip-flop" CMS (74LV100), ce qui ne faisait pas l'unanimité parmi les techniciens. Je vous invite à consulter mon PDF "DIGI 100, sécurités et maintenance". Ca peut-être utile lors d'un dépannage.

Il convient de souligner le comportement, au démarrage par l'interrupteur M/A, de la LED située en façade, d'un DIGI 100  :

Dans un premier temps, la LED est de couleur rouge. Seule l'alimentation auxiliaire a démarré (présence des + OEKO et + H 5V).

Dans un deuxième temps, la LED passe au jaune dès que l'alimentation principale est en service (présence du +N 3.3V et uP opérationnel).

Dans un troisième temps, la LED passe au vert dès le lancement des balayages si tout va bien. Je rappelle que la sécurité ligne agissait sur un surplus d'amplitude et pas sur une absence d'impulsions dudit balayage.


Ce dernier châssis 100 Hz rencontra, lui aussi, quelques problèmes de mise au point. Ce qui en soi n'est pas un reproche, mais une évolution normale avec toujours une solution de la part de Grundig.

Les premiers modèles allemands étaient sujets à des mises en veille aléatoires, suivies d'un redémarrage quelques secondes plus tard. Cette instabilité était causée par une oscillation non contrôlée de l'entrée CVBS et un logiciel qui ne prenait pas en compte ce défaut. Outre une mise à jour obligatoire du soft, il fallait modifier deux condensateurs CMS autour du SDA 6000 (CIC 80000) sur le module Feature Box. Un an plus tard, la France hérita de ce défaut de jeunesse, mais seule la mise à jour logicielle fut recommandée.

Les premiers DIGI 100 français connurent également un démarrage impossible du téléviseur. La présence retardée du + F (5V) en était la cause. Il était obligatoire de dessouder l'anode CD 61548 (STPS 340V) et de la ressouder sur la masse de C 61541 (470 uF 35V) à la manière de MacGyver (voir schéma modifié).

Le modulateur Est/Ouest, lors du déploiement dans l'hexagone du DIGI 100, rencontra une certaine faiblesse de ses diodes, provoquant une variation quelque peu folklorique de sa géométrie.

La Suisse signalait un menu ATS apparaissant de façon aléatoire avec indication DSR dans tous les logos de chaine (même réglées), ou encore le TV passait en veille par intermittence. Il était impératif de refaire les soudures sur les broches 2 (SCL) et 3 (SDA) du module "petits signaux" (défaut ATS)  et les broches 2 (SCL) et 4 (SDA) du Feature Box (mise en veille).

Alimentation principale HS (transistor de découpage et fusible). Une première note de service recommandait le remplacement impératif du condensateur CC 60514 (CMS) de 3.3 nF par un condensateur de 10 nF sur la broche 4 de l'IC d'alimentation TDA 16846. Cette modification avait pour objectif officiel d'améliorer la fonction "Softstart" et, officieusement, d'éviter les risques d'explosion au démarrage, similaire au problème rencontré sur le châssis Basic 3. Grundig avait même commercialisé un kit de maintenance pour son alimentation DIGI 100 aux 14 composants, excusez du peu (liste kit de maintenance ici) où le condensateur CMS de 10 nF C60514 n'était même pas intégré, un comble. Après modification de 3.3 à 10 nf, l'alimentation pouvait de nouveau exploser. En réalité, un amorçage sournois entre les broches 21 et 22 de l'enroulement du transformateur d'alimentation nécessitait également son remplacement.

Pour conclure, l'échange standard du tuner sur un DIGI 100 devait impérativement s'accompagner d'un ATS complet avec antenne. Une étape qu'il ne fallait en aucun cas négliger sous peine de s'exposer à quelques problèmes peu enviables.


Depuis les années 60, Grundig adoptait la fonction "extinction du spot" pour éviter de marquer le tube et de susciter des inquiétudes chez les clients. Cependant, le DIGI 100 devenait l’exception, utilisant une nouvelle génération de tubes Philips à cathode I rendant ce principe inapplicable. Il était donc nécessaire d'utiliser l'option A. Un courant élevé dans le tube était brièvement provoqué afin de décharger sa haute tension tout en déviant le spot en dehors de la zone visible, vers son col. Pour les tubes Toshiba, il était indispensable d'utiliser l'option B qui reposait sur la méthode traditionnelle. Une tension négative était appliquée sur les G1. Il fallait donc être vigilant lors de la maintenance.


Grundig créait le CUC 2136, le dernier châssis 50 Hz, 55 cm en 110°. Cette gamme comprenait également les CUC 2103, CUC 2105, CUC 2121 et CUC 2130 en 90°, tous équipés d'une EEPROM CMS CIC M24C08 sujette aux pannes. Son remplacement, comme c'était souvent le cas chez Grundig, pouvait entraîner des complications en l'absence de stricte conformité au protocole requis. Avec un impact direct cette fois sur la fonction télétexte devenant minimaliste. Il était alors impératif de suivre rigoureusement les instructions détaillées dans la note de service disponible ici.


Le lecteur DVD GDV 130 (2490 francs), initialement construit et commercialisé par Daewoo sous l'appellation DVD 2000, apparaissait sur le marché français. Il offrait une grande docilité avec les protections afin de rivaliser avec la concurrence bon marché de l'époque, telle que AKAI ou TOKAI. Deux types de loaders au format informatique étaient exploités. Une nouvelle série de lecteurs DVD, baptisée XENARO (GDP 6150/1, GDP 5120 et GDP 5100/1), était fabriquée au Royaume-Uni. Le modèle haut de gamme avait même remporté le prestigieux IF Design Award à Berlin. Les principales différences entre les deux versions de base résidaient, pour le GDP 5100/1, dans l'absence de :

Sortie pour un subwoofer actif.

Prise SVidéo.

Dynamic Range pour un meilleur traitement audio.

2 prises péritélévision pour une connectivité polyvalente.

Cependant, à mon avis, il était déjà trop tard pour se lancer dans une telle aventure. La concurrence imposait déjà des prix très bas sur le marché. Les problèmes fréquents liés au moteur disque, qui affectaient toute la gamme, exigeaient officiellement le remplacement du loader complet, dont vous pouvez voir les deux principales variantes. En revanche, Pioneer, qui sous-traitait la production de ses lecteurs DVD chez Orion, sut préserver sa réputation de durabilité pour ce même moteur sans recourir à la coûteuse technologie à effet Hall, assurant ainsi une fiabilité à moindre coût. Malheureusement, Grundig manqua cette opportunité, tout comme de nombreux fabricants asiatiques de l'époque.


Le constructeur allemand abandonnait, par la même occasion, l'ensemble de la gamme de magnétoscopes.



  

Formations
Formations
Schematheque Grundig TV Video
Equivalences Chips CMS
Modules optionnels
Evolution modules DIGI 100
PLANATRON 2 PW 110-520 9 PALplus

TV haut de gamme Planatron 2 Plasma 2002: PW 110-520/9 PAL +.
TV haut de gamme CUC 2080 (50 Hz) 2002: ST 84-899 FR DOLBY.
TV haut de gamme châssis DIGI 100 REFERENCE + CUC 1937  6ième génération 100 Hz 2002: MFW 92-6110 MV/AC3.

ST 84 899 FR DOLBY
MFW 92-6110 MV AC3
Appareil récompensé par un IF Design AWARD en 2000
XENARO GDP 6150/1

Lecteur DVD haut de gamme 2002: XENARO GDP 6150/1.

Appareil récompensé par un IF Design AWARD en 2003
Merci de signer mon livre d'or avant de partir
Cliquez ici pour me faire un don via le service sécurisé PAYPAL.
Cliquez ici pour me faire un don via le service PAYPAL.